Blog d'un jeune (chercheur) entrepreneur en TAL

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Citoyen & Politique

Fil des billets - Fil des commentaires

28janv.

Internet Censorhip in Egypt

I don't publish much in English, but here is an exception.

As you may know, Egypt has been cut off from the Internet ! This is the first time ever a government commits such an act against the Internet... and this should not happen again. I modestly relay the initiative of FDN to provide an RTC Internet access to the Egyptians so that they can get connected back.

Internet neutrality is a necessity. Internet can only be controled by the people !

Please relay...

24sept.

Marre des .doc en pièce-jointe ? Pointez le RGI !

Si comme moi vous en avez marre de recevoir des .doc en pièce-jointe de vos courriels, n'hésitez plus à répondre à l'expéditeur en lui indiquant qu'il n'est pas en accord avec le ''Référentiel Général d'Interopérabilité'' (RGI) !

Lire la suite

06mar.

Mouvement des chercheurs à Nantes : interview France 3

À la demande de certains, je me permets de publier une version réencodée (DRM quand tu nous tiens) du reportage de France 3

Lire la suite

26fév.

Blackout du net français : la loi HADOPI

Je me permets de relayer sur ce blog l'appel de la Quadrature du Net à un blackout de l'internet français !

HADOPI - Le Net en France : black-out

Lire la suite

08nov.

XUbuntu en école primaire : premier retour

Comme j'en avais parlé dans un billet précédent, j'ai tenté de faire entrer GNU/Linux dans l'école primaire de ma commune. Pour résumer la situation, l'école primaire ne possède que deux ordinateurs, tous les deux obsolètes. Le seul ordinateur fonctionnel (900MHz et 128Mo de RAM) tournait sous Microsoft Windows XP avec certainement une version pirate. Visiblement sa lenteur ne permettait plus aux enseignants de l'utiliser et j'ai donc décidé d'y installer une XUbuntu.

À noter que n'étant pas sur ma commune la semaine (thèse sur Nantes oblige), j'ai laissé l'ordinateur sous XUbuntu, sans aucune explication et sans pouvoir en discuter avec qui que ce soit. J'ai rencontré un des enseignants, une semaine plus tard. La première bonne nouvelle c'est qu'en parallèle de mon intervention, un ami lui avait installé Ubuntu. Il avait donc déjà pris en main Synaptic et se lançait dans l'installation d'OpenOffice. Un autre enseignant avait testé le système d'exploitation fraîchement installé et avait laissé quelques notes.

Les principales remarques étaient les suivantes :

  • l'imprimante ne fonctionnait pas
  • il n'y avait pas OpenOffice
  • la traduction était approximative
  • les logiciels Windows n'étaient pas compatibles

J'ai installé l'imprimante en ajoutant simplement cupsys-driver-gutenprint et en utilisant system-config-printer. De plus j'ai résolu le problème de traduction incomplète en lançant gnome-language-selector et en choisissant le français.

En ce qui concerne OpenOffice, la machine est bien trop pauvre en mémoire vive pour le faire fonctionner convenablement. J'ai donc proposé d'installer Abiword. L'enseignant sceptique au départ a été convaincu lorsque j'ai ouvert des documents Word avec cette application dont le nom ne lui parlait pas.

En ce qui concerne les logiciels Windows non compatibles, je n'ai pas été en mesure d'apporter de solution. Wine ne peut pas fonctionner sur une machine aussi pauvre en mémoire vive et de toute façon nous n'avons pas de licence Windows à disposition. De plus, les logiciels incompatibles n'étaient pas nommés, je n'ai donc pas pu proposer d'alternatives libres.

Je n'ai pas eu de retour depuis (cela fait une semaine), j'espère que le système va les convaincre. Nous (les élus), les enseignants devons nous réunir avec l'inspecteur d'académie afin de traiter de l'équipement informatique des classes. J'espère avoir le temps d'ici là de préparer une démonstration de XUbuntu avec Sugar, l'interface éducative développé dans le cadre d'OLPC. J'en parlerai dans un prochain billet ...

23oct.

Déploiement de Linux dans les écoles ... retour d'expérience

En tant qu'informaticien, je ne peux que me réjouir de l'avènement du B2i. Cependant en tant que conseiller municipal, je ne peux que regretter le fait qu'une fois encore le gouvernement lance un projet et laisse les collectivités se débrouiller pour le mettre en place sans leur donner de moyen.

Pour information, l'intégralité du financement de l'environnement éducatif du primaire est à la charge des municipalités. En d'autres termes, l'entretient des bâtiments, l'achat de matériel et le salaire des ATSEM est payé par la municipalité.

Le lancement du B2i implique donc l'achat de matériel informatique assez performant pour pouvoir former les élèves et leur faire valider ce brevet. L'école primaire de ma commune possède déjà quelques ordinateurs pour les élèves. Cependant ces derniers sont assez vieux et les systèmes d'exploitation sont soit désués (Microsoft Windows 98), soit trop lourd pour les performances de la machine (Microsoft Windows XP). J'ai pris l'initiative de remplacer le Windows XP d'un de ces ordinateurs par une Xubuntu, système d'exploitation récent mais beaucoup plus léger. L'avenir nous dira si l'initiative entraînera un retour en arrière ou bien entraînera la migration complète du parc sous un environnement libre.

Tout ça pour marquer le travail effectué par Yves Gesnel, et couché sur son blog, concernant le déploiement volontariste d'Ubuntu dans un collège. Ce dernier se lance dans l'écriture d'un livre traitant de son retour d'expérience. Ce livre sera diffusé sous licence art libre.

14juin

Réflexion sur la réalisation d'un Live CD Linux ludique pour les 3-7 ans

Linux s'impose un petit peu partout : sur les serveurs, les bureaux, à l'école, au bureau, .... il reste cependant des besoins - oserais-je dire des "marchés" - pour lesquels il y a encore du travail. Les crêches en sont un bon exemple. Les éducateurs proposent de plus en plus tôt aux enfants de s'essayer à l'informatique, le but étant de rendre ces derniers les plus indépendants possibles face à l'ordinateur. Malheureusement, pour ce qui est des petits (3 à 5 ans), il n'existe pas véritablement d'environnements protégés dans lesquels les éducateurs comme les parents peuvent laisser gambader les petits !

Lire la suite